Personne n’est jamais sorti de cet escape game au Japon

desperation-fortress-3-escape-game-japon

Au Japon, voici l'escape game dont (presque) personne n'est sorti

18/20

Desperation Fortress 3 est l’escape game du parc d’attractions Fuji-Q au Japon. L’un des plus durs au monde, puisqu’il affiche 100% d’échec. En exclusivité, nous l’avons testé.

Immersion
5/5
Cohérence
4,5/5
Game-master
4/5
Enigmes
4,5/5

Le scénario : L’institut de recherche Isac AI a été fondé dans le but d’étudier les bénéfices de l’intelligence artificielle au service de l’humanité. Alcon, l’intelligence artificielle phare du laboratoire, a évolué au point de devenir hors de contrôle. Elle a pris le contrôle de l’institut, s’est débarrassé de ses scientifiques et fait de ce lieu une forteresse. Le professeur Isac est le seul à avoir pu lui échapper. Il vous a embauché en tant qu’agent secret pour arrêter la dérive d’Alcon.

Thème

Intelligence artificielle

Difficulté

3/3

Prix moyen

Prix d'entrée du parc

Nombre de joueurs

180 personnes (maximum)

Par où commencer ? Qu’est-ce que c’est grand ! Hé mais on est pas déjà passé par là ?  Petit florilège de nos exclamations dans Desperation Fortress 3. Cet escape game niché au sein du parc Fuji-Q au Japon impressionne par son gigantisme : un hangar de 3 300 m² aux couloirs labyrinthiques, sur plusieurs étages et composé de pièces innombrables. Vous aurez vite fait de vous déconnecter de la réalité !

Combien de pièces réelles se cachent derrière les multiples portes ? Une vingtaine ?Impossible à dire, nous n’avons pas eu la chance de toutes les visiter. Elles sont en tout cas très variées, leurs décors soignés, du laboratoire, au poste de contrôle, en passant par la salle d’outillage. Aussi l’éclairage verdâtre donne une ambiance film d’action très appropriée. 

Pas de temps à perdre pour passer d’un endroit à l’autre. Les objectifs de la mission s’accomplissent chacun en temps limité. D’où la nécessité d’avancer sans arrêt en marche rapide avec l’impression par moments d’avoir le souffle coupé. Attention cependant : si vous êtes pris en train de courir, vous perdrez du temps. Une contrainte imposée, on l’imagine, pour éviter les accidents. 

L’autre particularité de cet escape game japonais, c’est la règle de la mort subite. Du jamais vu lors de nos précédents tests. Une erreur et la partie est terminée. Deux possibilités : soit vous échouez à remplir l’objectif dans les quinze minutes imparties, soit vous ne parvenez pas à résoudre une énigme du premier coup.

Un peu frustrant car on aurait envie d’aller plus loin dans le jeu mais plutôt cohérent si on part du principe que l’IA détecte votre présence et neutralise votre progression. Pour vous rassurer, gardez-en-tête le taux de sortie de la room : 0% !

Tout au long de l’aventure, les joueurs sont munis d’un téléphone sophistiqué permettant entre autres d’hacker les portes verrouillées du laboratoire. C’est le seul moyen en votre possession pour franchir successivement les paliers du jeu.

Aucun indice ni de game-master. À vous de vous référer aux objectifs affichés sur l’écran si vous ne les avez avez plus en tête. L’absence de game-mastering traditionnel ne s’est pas forcément faite sentir durant la partie.

Capacité maximale du complexe : 180 joueurs. Mais ça doit être l’usine cet escape game ? Détrompez-vous. Déjà, tous ne jouent pas en même temps. Les groupes ont des départs différés dans le temps. Et les énigmes et séquences scénaristiques sont individualisées, autrement dit propres à chaque équipe. Cela évite de se faire spoiler une solution ou un rebondissement. 

Au programme : de l’observation, un peu de fouille et beaucoup d’épreuves physiques. Des épreuves à l’allure futuriste et particulièrement relevées. En effet, tous les joueurs doivent réussir le défi pour le valider. Si l’un d’eux échoue, c’est toute l’équipe qui perd. 

De ce que l’on a pu voir en vingt minutes de jeu, ces challenges mélangeaient effets technologiques et aptitudes physiques de belle manière. L’un d’eux rappelle une scène mythique des premiers Harry Potter.

Ressenti global

À la sortie, on sent poindre une légère frustration. On aurait adoré découvrir toutes les pièces du jeu. Malgré une seconde chance, nous avons échoué à nouveau en vingt minutes.

Desperation Fortress 3 reste une expérience unique en son genre. Elle pourra agacer les allergiques à la mort subite mais laissera forcément planer les interprétations sur ses pièces multiples et ce chacune réserve…

Parc Fuji-Q Highland (Japon)

Localisation

〒403-0017 5-6-1 Shinnishihara, Fujiyoshida-shi, Yamanashi-ken JAPON

Contact

0555-24-6711
highland@fujikyu.co.jp

Site web

Alexis
Rédacteur pour lemeilleurescapegame.fr

Laisser un commentaire